« Réglementaire donc incontournable VMC ! | Accueil | Le Moniteur publie sur la paille et les incendies »

27/02/2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

seb

Pour le contreventement utiliser des bambous qui vont traverser les séries de bottes de paille en bié a la verticale c'est déjà couramment utilisé.

Lucien

Voici mon adresse Mail pour me faire passez les renseignements sur les murs porteur en grosse balle autour du Dèp 21:
lucien21@orange.fr

Grégoire(admin)

Merci pour ce commentaire d'expert, qui m'inspire bien des réflexions.
Je crois bien évidemment à la construction en bottes porteuses (qui a fait ses preuves depuis longtemps) ou même CST.
Cependant, j'incite à la prudence pour ce qui est du contreventement, notamment si la conception du bâtiment est bioclimatique. Cela devient alors délicat! (moment de torsion)...
De plus, le rôle de la trame liaisonnant l'enduit à la lisse basse pour le transfert des forces de traction aux fondations est trop souvent négligé. Certes on me répliquera que le GREB, qui est "non liaisonné" aurait un très bon contreventement d'après les tests à l'ENTPE...

Gérard Nespoulous

Je me suis beaucoup intéressé à la modélisation de la paille porteuse dans le cadre de mon bureau d'études.

J'en suis arrivé à contre-coeur à la conclusion que je ne pouvais à l'heure actuelle pas honnêtement proposer de justification (en qualité d'ingénieur) à cette technique si séduisante.

En effet, il n'y a pas le plus petit début de compréhension théorique du fonctionnement mécanique de ce matériau. Parler de module d'Young est complètement abusif car il ne s'agit pas d'un milieu continu (juste un empilement de brins plus ou moins comprimés).

Toutes les études disponibles se contentent de présenter des essais de compressions sans essayer de comprendre le pourquoi du comportement observé (fluage sur une durée trés longue, étonnante capacité à retrouver sa forme originale après des déformations importantes)

On peut trouver des études sur des matériaux ressemblants:
- les mousses (beaucoup utilisées dans l'aéronautique et l'automobile par exemple dans les pare-chocs), mais les brins constituant les mousses sont reliés entre-eux contrairement aux brins de paille
- les matériaux granulaires (tas de sable, etc). mais il s'agit toujours d'empilement de sphères ce qui est beaucoup plus simple qu'un empilement de brins de paille.

Les arguments intuitifs des pionniers de la construction en paille quand au comportement d'un mur sont en général loin d'être bêtes, mais il faut que les personnes tentées par ce mode construction aient conscience que la plupart des affirmations techniques trouvées dans les bouquins (contreventement, rôle contre le flambement des montants, module d'Young, fluage, comportement global de la structure à la manière d'oeuf etc) reposent sur des essais insuffisants et surtout une absence totale de modèle théorique adéquat.

Généraliser un résultat d'essais à une structure réelle ne peut être admis que si on dispose d'un modèle théorique pertinent.


En attendant, personnellement j'encourage les auto constructeurs à tout essayer sans complexe de façon à essuyer les platres, je suis trés intéressé par toutes les expériences grandeur nature (pas sûr que Grégoire cautionne mon conseil pas trés avisé!)

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.